Adhésion et contrats – saison 2017-18

Ci-dessous, vous trouverez les éléments qui constituent votre lien avec Perm'AMAP66
  • le bulletin d'adhésion à l'association
  • le contrat d'engagement et son annexe
  • les différents contrats avec les paysans (contrats vierges, se reporter aux informations contenues dans l'annexe au contrat d'engagement pour les remplir)
  • la charte des AMAP
Imprimez-les et lisez -les attentivement (tout est expliqué dessus).
Pour le panier légumes, prenez rendez-vous avec André (numéro de téléphone sur le contrat) pour lui apporter, sur son terrain, le contrat dument complété et signé, et accompagné du nombre de chèques correspondant (un par mois, datés du jour de votre inscription, à l'ordre de TRIVES). Pour l'adhésion, une fois le contrat légumes enregistré, présentez-vous sur le lieu de distribution choisi avec votre bulletin d'adhésion dument complété et signé, accompagné du paiement de la cotisation (en chèque à l'ordre de Perm'AMAP 66 ou en espèce) ainsi que de quoi alimenter le stock de l'amapéro (à boire et à manger). Un adhérent récupèrera le tout et vous expliquera le fonctionnement de l'AMAP si nécessaire. Les autres contrats : Volailles / Cochon / Vin / Miel. Merci de télécharger le contrat vierge, de contacter le producteur concerné (les numéros de téléphone et les mails se trouvent sur la page "Nos producteurs invités" dans la rubrique "Nos producteurs", ou dans l'annexe au contrat d'engagement) et de le remplir avec elle ou lui.
La charte des AMAP : la Charte des AMAP est un document de référence définissant les valeurs, les principes et les engagements des AMAP.
La première charte des AMAP a été élaborée et déposée à l’INPI en mai 2003 par Alliance Provence. Le 16 mars 2014, le mouvement des AMAP adopte une nouvelle charte lors de l’Assemblée générale du MIRAMAP et après 2 ans de chantier interrégional de réécriture de la charte des AMAP. Cette nouvelle charte représente la vision politique de l’agriculture que défendent les AMAP. Les notions de souveraineté alimentaire, co-producteurs, éducation populaire, évaluation participative, agro-écologie, rupture avec l’agro-chimie et l’appropriation mercantile du vivant, défense des semences paysannes, invitation à disséminer "l’esprit AMAP", marquent un saut remarquable par rapport à la première charte de 2003 tout en restant fidèle à l’orientation qu’elle a donnée.
Ce contenu a été publié dans Actualité, Contrats. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *